MODELE DE BURKE-SHUMAN

Search for glossary terms (regular expression allowed)
Commence par Contient Terme exactSe prononce comme
Terme équivalent
Anglais
Allemand
Ethymologie
Champs d'application T - T(1)]/[Tad - T(1)
Voir Flammelette, fraction de mélange, scalaire conservé
Liens
Définition Analyse, proposée en 1928, d'une flamme de diffusion dans le cas où la réaction est décrite par un schéma global irréversible et beaucoup plus rapide que la vitesse de mélange (grand nombre de Damkà¶hler). Dans ces conditions extrêmes, la coexistence instantanée du combustible et de l'oxydant est impossible. Comme la réaction nécessite la présence instantanée des deux réactifs, le taux de réaction instantané est nul sauf sur la surface stoechiométrique (cf scalaire conservé, fraction de mélange) Z = Zs, où les fractions massiques des réactifs tendent vers 0, alors que l'enthalpie sensible et la fraction massique de produit tendent vers leur maximum (niveaux adiabatiques). A chaque instant l'espace est donc divisé en deux régions, de part et d'autre de la surface stoechiométrique, où les fractions massiques et l'enthalpie sensible sont des scalaires conservés qui varient linéairement avec la fraction de mélange. Du cà´té pauvre, Z Zs ; YO = 0, YF/YF(1) = (1 - Z)/(1 - Zs) \Au delà  de cette analyse, Burke et Shuman ont prévu la forme de la surface réactive, Z(r,h) = Zs, en coordonnées cylindriques dans un tube alimenté par deux écoulements coaxiaux de combustible (au centre) et d'oxydant de même vitesse où la vitesse radiale et la diffusion axiale étaient négligeables. En fonction des couples réactifs (valeur de Zs) et des diamètres relatifs des canaux, ils ont décrit la forme des flammes selon deux types principaux, les flammes surventilées qui se referment sur l'axe, et les flammes sous-ventilées qui atteignent les parois du tube. Cependant les résultats de cette approche ne peuvent pas s'appliquer de faà§on générale aux flammes de diffusion turbulente soumises à  l'étirement.
Unité
Clics: 74