PROPULSION

Search for glossary terms (regular expression allowed)
Commence par Contient Terme exactSe prononce comme
Terme équivalent
Anglais
Allemand
Ethymologie du latin propellere : pousser devant soi
Champs d'application
Voir Autopropulsion, propergol
Liens
Définition Action de pousser en avant un mobile. Production de forces assurant le déplacement d'un mobile. Au sens plus restreint, s'applique au déplacement dans l'atmosphère et dans l'espace d'aéronefs et fusées par réaction. Conformément au principe de la conservation de la quantité de mouvement, la propulsion de ces véhicules est réalisée par l'éjection à  grande vitesse à  l'arrière du véhicule d'une masse de matière. La masse éjectée par seconde et la vitesse d'éjection déterminent la force imprimée au véhicule, appelée poussée.\On peut a priori (compte tenu de nos connaissances actuelles) envisager quatre moyens d'éjection. La plus connue est celle qui est utilisée tant pour les avions à  réaction que pour les fusées. c'est la propulsion chimique, où une réaction chimique (combustion d'hydrocarbures, réaction de propergols) permet d'éjecter des masses importantes à  vitesse élevée (de l'ordre de 3 à  5 km/s). La propulsion électrique ou ionique consiste à  charger des particules et à  les accélérer par des dispositifs électrostatiques divers avant leur éjection à  des vitesses qui peuvent atteindre 10 fois celles des propulseurs chimiques. Par contre la masse éjectée est très faible, et globalement les poussées que l'on peut espérer restent minimes. Si la propulsion électrique ou ionique ne peut être utilisée pour faire décoller des fusées, elle est envisagée comme moyen de correction de trajectoires dans l'espace. La propulsion nucléaire consiste à  éjecter à  grande vitesse un courant d'atomes H portés à  haute température dans une pile atomique embarquée à  bord de l'engin. Des vitesses d'éjection de l'ordre de 10 km/s sont possibles. l'avantage de la propulsion nucléaire est la longue durée de vie de la pile atomique. Mais les impératifs de sécurité et les difficultés technologiques qu'ils entraà®nent ont limité les études à  des essais au sol. Enfin la propulsion photonique consiste à  réfléchir les photons solaires arrivant sur le véhicule spatial au moyen d'un miroir fixé sur lui. La vitesse d'éjection est évidemment très séduisante : c'est la vitesse de la lumière (300 000 km/s). Mais la masse éjectée est très faible, ne conduisant qu'à  quelques dizaines de mg de poussée par cm2 de miroir... Ce mode de propulsion n'a pas dépassé le stade du projet futuriste.
Unité
Clics: 13